Reviens !

5 février

« Nous sommes reconnaissants d’avoir été tellement bien accueillis dans les réunions que nous nous y sommes sentis à l’aise. »

Texte de base, p. 102

Nous rappelons-nous de notre affolement lorsque nous sommes entrés dans notre première réunion N.A. ? La plupart d’entre nous se souviennent de leur résistance à assister à cette première réunion, même s’ils y sont allés avec un ami. Qu’est-ce qui nous a portés à revenir ? La majorité d’entre nous gardent un souvenir reconnaissant de l’accueil que nous avons reçu et de l’encouragement que nous avons senti. Quand nous avons levé la main pour nous identifier comme nouveau, nous avons ouvert la porte et avons permis aux autres membres de nous approcher et de nous accueillir.
Parfois la seule différence entre les dépendants qui ressortent de leur première réunion pour ne plus jamais revenir à N.A. et ceux qui restent pour y trouver le rétablissement, c’est cette simple accolade qu’ils ont reçue d’un membre N.A. Après avoir été abstinents un certain temps, il est tentant de se retirer du défilé des nouveaux et des nouvelles ; après tout, nous en voyons tellement qui viennent et qui ne restent pas. Pourtant, les membres qui sont abstinents depuis un certain temps peuvent parfois faire toute la différence entre le dépendant qui ne revient pas et celui qui revient. Offrir notre numéro de téléphone, une accolade ou simplement un accueil chaleureux, c’est une façon pour nous de tendre la main de N.A. au dépendant qui souffre encore.

Juste pour aujourd’hui, je me souviens de l’accueil que j’ai reçu quand je suis arrivé à N.A.
Aujourd’hui, je vais exprimer ma gratitude en offrant une accolade à un nouveau.